DISPLAYCE, spécialiste du programmatique dédié à l’affichage digital, lève 850 000 euros pour accélérer son développement technologique. La start-up va recruter de nouveaux collaborateurs.

 

Aujourd’hui, seulement 8% des revenus publicitaires générés en France par l’affichage sont issus du numérique, contre 31% en Grande-Bretagne et 40,8% aux États-Unis.

Un retard auquel souhaiterait remédier DISPLAYCE avec sa plateforme de publicité programmatique dédiée à l’affichage digital. Fondée en 2014 par Laure Malergue et Marie Gaestel, celle-ci permet ainsi aux annonceurs de mettre en place des campagnes géolocalisées et contextuelles, grâce à un inventaire de 28 500 panneaux numériques présents dans les centres commerciaux, les commerces de proximité et les voies routières françaises.

La jeune pousse annonce aujourd’hui avoir bouclé un premier tour de table de 850 000 euros auprès des fonds 3A Venture, Boss Corp, et Finaqui, mais également d’Aquitaine Amorçage, de la Région Nouvelle-Aquitaine, de Bpifrance et de ses investisseurs historiques Bordeaux Unitec et Aquitaine Développement Innovation.

Une première enveloppe qui permettra à DISPLAYCE d’accélérer le développement technologique de sa plateforme pour, à terme, en donner l’accessibilité à l’ensemble de l’écosystème programmatique. Aujourd’hui composée de 7 collaborateurs, la startup compte ainsi recruter 5 nouveaux profils d’ici début 2017 afin d’accompagner ce développement.

La version bêta de DISPLAYCE, lancée en 2016, a déjà attiré une dizaine de réseaux qui ont confié à la startup la commercialisation en programmatique de leur inventaire. Ses 28 500 panneaux digitaux représentent une opportunité de 21 millions de contacts par jour, précise la jeune pousse. »

hotelF1, premier réseau d’hôtels low cost en France et marque du groupe AccorHotels a lancé son opération Instagram « CityTrip » en affichage physique.

Le dispositif 100% programmatique imaginé par hotelF1 et Amnet, prévoit une diffusion ciblée en affichage digital (DOOH), ainsi qu’une diffusion mobile autour des hôtels de la chaîne et une mesure du trafic physique amené dans les hôtels post-campagne.

« Nous sommes très heureux d’inaugurer cette première en France pour la marque hotelF1. Recherchant constamment des dispositifs plus agiles et innovants pour mieux adresser nos clients et futurs clients, ce dispositif nous a séduits dans la mesure où il nous permet de faire vivre notre opération CityTrip sur un nouveau media alliant impact et ciblage », déclare Laura Degracia, Responsable Marketing Digital d’hotelF1.

« hotelF1 dans son ADN et ses partis pris publicitaires, était le parfait premier annonceur pour ce premier test DOOH programmatique. Cette collaboration est d’autant plus smart et excitante que le dispositif imaginé couple à la fois affichage digital et activation mobile, et tout cela en mesurant le trafic physique généré post-campagne. Nous avons hâte de partager les premiers résultats », ajoute Marie Le Guevel, Directrice Générale d’Amnet.

« Nous remercions Amnet et hotelF1 pour leur confiance en notre technologie pour cette campagne, dont nous sommes sûrs qu’elle fera un best case sur le marché publicitaire », conclut Laure Malergue, CEO et Fondatrice de Displayce.

Laure Malergue est la fondatrice de DISPLAYCE. L’entreprise est une DSP qui met à disposition à la vente programmatique un inventaire de 26000 écrans numériques en France au sein de cinq réseaux d’affichage intérieur et extérieur. Sa solution est opérationnelle depuis début 2016.

 

Qu’apporte le programmatique à l’affichage extérieur digital ?

Le programmatique permet d’abord de cibler une audience grâce à l’automatisation et au temps réel. Il permet aussi d’étendre le terrain de jeu des agences en leur proposant des typologies de réseaux différents qui couvrent la cible de leurs annonceurs. Dans l’affichage extérieur, il y a les très grands réseaux, qui ont une partie de leur parc digitalisé, et les pure players, comme ceux qui sont adossés au système d’encaissement des buralistes, aux stations essence ou les sociétés qui possèdent un parc d’écrans dans les bars et les restaurants. Le programmatique va donc permettre d’acheter des espaces différents, mais aussi de rendre les messages plus intelligents, en les ciblant selon la météo ou un résultat sportif par exemple, et en conditionnant l’achat. Le programmatique permet également de mesurer et de faire remonter des données en temps réel.

 

Qui sont les annonceurs ciblés ?

Tous les annonceurs qui ont des problématiques de zone d’attractivité physique ou de ciblage tactique autour de points d’intérêt: nous avons, dans notre base géolocalisée, 80 000 points d’intérêt comme des cinémas, des écoles, des musées, etc. Il s’agit donc souvent d’agences de voyages, d’agences immobilières, de chaînes de magasins, ou de marques qui organisent un événement dans une ville. Nous avons par exemple travaillé avec un promoteur immobilier qui souhaitait cibler les zones se trouvant à 1,5 km autour de ses nouveaux programmes. La publicité affichait le nom du programme et sa localisation. Il n’y a pas de prérequis technique au programmatique de la part des annonceurs: en général, ils nous fournissent un budget, une période et une idée de géolocalisation. S’ils veulent une campagne autour de leur magasin, ils doivent seulement nous communiquer leurs coordonnées GPS. Ensuite, ils n’ont qu’à fournir une création, que nous pouvons nous-mêmes décliner pour qu’elle s’adapte à toutes les tailles d’écran d’affichage.

 

Le marché est-il aujourd’hui structuré ?

C’est un marché qui émerge : en France, seul 8% de l’affichage est digitalisé mais connaît une croissance de 25% par an selon l’Irep. Mais selon une étude de la Digital PlaceBased Advertising Association (DPAA), c’est le média traditionnel qui connaîtra le plus fort taux de pénétration du programmatique : à 40% en 2018 contre 17% pour la TV. Le marché commence à se structurer, nous avons par exemple mis en place un système de CPM pour l’affichage, qui prend en compte la taille de l’écran, son audience et la qualité de son emplacement. Jusqu’ici, l’affichage était acheté par pack, par exemple le pack “Ile-de-France”, sur une période donnée. Notre technologie permet désormais de comptabiliser les impressions délivrées sur chacun des écrans, et donne ainsi la possibilité aux annonceurs d’acheter de manière unitaire. Nous travaillons aussi sur un CPM “contact” (qui comptabilise le nombre de personnes exposées à la publicité). Un nouvel écosystème est donc en construction: dans un système où il n’y a pas d’appels à cookies, nous devons recréer les outils du programmatique et adapter le protocole open RTB, qui n’est pas transposable directement. Nous sommes partie prenante de la structuration d’un écosystème programmatique dédié à l’affichage digital qui fera cohabiter des acteurs spécifiques et les acteurs existants issus du web.

Le Trading Desk Amnet a décidé de tester en avant-première le ciblage Data proposé par Adsquare via la connexion de centaines de segments à la plateforme d’achat programmatique DOOH, DISPLAYCE. La plateforme, qui propose un inventaire disponible de 26 000 écrans en France au sein de cinq réseaux d’affichage non communiqués, permet de piloter en programmatique des campagnes géolocalisées et contextuelles.

Amnet pourra cibler des audiences en fonction des centres d’intérêt, typologies de lieux, points de vente et de coupler des diffusions multi-écrans, avec notamment les écrans mobiles. « C’est une avancée technologique que nous attendions depuis longtemps et DISPLAYCE offre enfin la solution que nous recherchions. Les réseaux d’affichage sont évidemment très enthousiastes, nous étions depuis de longs mois en discussion avec plusieurs d’entre eux pour trouver une solution technique stable en programmatique, c’est aujourd’hui complètement le cas », indique Marie Le Guével, Directrice générale d’Amnet. Posterscope, le réseau spécialisé en communication extérieur du groupe Dentsu Aegis Network, accompagnera Amnet dans la recommandation et le déploiement de ces nouveaux dispositifs.